La suite de la page Facebook

Petit clin d’œil à Mon père Roger Boulin acteur infatigable,qui par ses actions a marqué l’histoire de notre commune de Lamballe ...

Écrit par Gilles Boulin
Affichages : 154
Catégorie :

Pour tout vous dire j’ai lu avec plaisir ce matin ,cet article d’un journaliste du télégramme concernant divers Lamballais ayant marqué l’histoire de notre commune .
 
En effet il est important de parler et de se remémorer l’histoire de ces personnes qui chacun à leurs niveaux ont été des « acteurs infatigables » de notre commune .
Pour cela ils ont été honorés et portent aujourd’hui leurs noms sur plusieurs sites emblématiques de Lamballe-Armor .
 
L’un deux est mon père Roger Boulin . Il a vécu dans un premier temps dans cette belle maison en pierre juste à côté de la crêperie du « Ty-Coz » , dans ce quartier de Saint-Martin .
Puis il a construit sa maison au 55 rue Saint-Lazare ,pas très loin du moulin . C’est ici que nous avons vécu mes sœurs Danièle ,Ghislaine et moi Gilles.
 
Aujourd’hui il aurait eu 100 ans . Ce père était pour le moins infatigable aussi en générosité.
 
Il aimait les gens, quels que soient leurs milieux sociaux ou leurs sensibilités politiques.
 
Durant sa vie, il a côtoyé de nombreuses personnes du monde politique comme notamment , Mrs Lanoë ,Labbé, Cauret anciens maires de Lamballe. Mais aussi des députés comme Didier Chouat, Sébastien Couépel ,Marc Le Fur, qui lui a remis en personne l’Ordre National du mérite, signé du Président de la République François Mitterrand le 3 décembre 1994 .
 
Mon père un « infatigable » c’était bien vrai . Entre sa vie professionnelle, palefrenier au haras de Lamballe,dès l’age de 14 ans , sa vie associative,avec « La Croix d’or » dont il a été avec d’autres, l’un des créateurs de cette section sur le secteur de Lamballe.
Mais aussi sa vie sportive avec ses nombreuses balades en vélo « Lamballe-Dahouët»,commune du Val-André et ses nombreux footings ...Mon père courait après le temps .
 
Un jour le temps l’a rattrapé . Il est décédé brutalement, un matin en revenant d’un footing en 1999.
Je me rappellerai toujours de cette matinée . En le regardant, toujours dans sa tenue de sportif ,je me suis dit qu’il était mort comme il avait vécu à « 100 à l’heure ». Seul regret sans aucun doute pour lui , qu’il n’est jamais connu L’an 2000 !
En effet mon père se faisait tout « un monde » de ce changement de siècle !
 
Et pourtant Papa si tu savais ! En fait tu n’as rien loupé ! Et j’en suis certain si de la haut tu regardes notre monde . Tu dois te dire « Pauvre France ! » et peut-être de ne pas regretter,de ne plus être là .
Repose en paix papa et merci pour tout l’amour que tu nous as donné.
 
Je n’oublierai pas non plus ma mère Bernadette , qui était elle aussi toujours présente au niveau des actions qu’il menait concernant notamment «l’association Croix-d’Or ». Aujourd’hui rebaptisée « Alcool assistance ».
Je ne suis d’ailleurs pas certain qu’il aurait apprécié ce nouveau nom .
 
Alors salut à toi Papa . Tu méritais bien ce petit clin d’œil, pour tout ce que tu as apporté d’amour aux autres et à nous mème .
 
L’ensemble de tes enfants, petits enfants et maintenant arrières petits enfants sont fiers de toi !
 
Ton fiston , Gilles